Sample Sidebar Module

This is a sample module published to the sidebar_top position, using the -sidebar module class suffix. There is also a sidebar_bottom position below the menu.

Sample Sidebar Module

This is a sample module published to the sidebar_bottom position, using the -sidebar module class suffix. There is also a sidebar_top position below the search.
Le parrain

Félix Houphouët-Boigny, Dia Houphouët, est né le 18 octobre 1905 à N'Gokro Yamoussoukro et a tiré sa révérence le 7 décembre 1993. Surnommé « le sage » ou « Nanan Houphouet » le DR Félix Houphouet Boigny est le « père » de l’indépendance de la Côte d’Ivoire

Originaire d'un petit royaume Akouè polythéiste, Houphouët-Boigny fut baptisé à l’origine  Dia Houphouët ce qui signifie dans sa langue, prophète ou magicien.De son nom d'origine Dia Houphouët, il y ajoute postérieurement le nom Boigny signifiant le bélier en Baoulé. A 5 ans, son destin s’affirmait déjà. Car étant le neveu de la reine Yamousso et du chef du village Kouassi N’Go, Dia Houphouët-Boigny est promu roi de la tribu des Akoué après l’assassinat de Kouassi N’Go en 1910. A cette époque le jeune Houphouët âgé de 5ans est appelé à lui succéder à la tête de la chefferie. Mais à cause de son jeune âge son beau-père devient le chef étant donné son vrai père était déjà mort.
 

Compte tenu de son rang, l’administration coloniale décide de l’envoyer à l’école du poste militaire de Bonzi situé près du village. Puis, en 1915, à l’école primaire supérieure de Bingerville, ce malgré les réticences de sa famille. Cette même année à Bingerville, il se convertit au christianisme, considérant cette religion comme le signe de la modernité et un obstacle à l'islamisation : il se fait baptiser Félix

Brillant élève, il intègre, en 1919, l’École normale William Ponty où il obtient son diplôme d’instituteur et enchaîne, en 1921, avec l’École de médecine de l'AOF devenue aujourd’hui la faculté de médecine de pharmacie et d’odontologie dont il sortait major en 1925. Ces études de médecine étant enseignées de manière incomplète par le colonisateur, Houphouët ne peut prétendre qu'à la carrière d'un « médecin africain », médecin au rabais.

Le 26 octobre 1925, Houphouët commence sa carrière en tant que médecin-auxiliaire à l’hôpital d’Abidjan où il fonde une « Amicale » regroupant le personnel médical indigène. L’entreprise tourne court ; l’administration coloniale voit d’un très mauvais œil cette association qu’elle assimile à une formation syndicale et décide de le muter, le 27 avril 1927, au service de Guiglo où les conditions sanitaires sont particulièrement éprouvantes. Toutefois, faisant preuve de véritables aptitudes professionnelles, il est promu à Abengourou, le 17 septembre 1929, à un poste réservé, jusque-là, aux Européens.
Houphouët a fait preuve de réelles qualités professionnelles, mais son engagement dérangeait au plus haut niveau. C’est ainsi qu’en septembre 1938, son chef de service lui demande de choisir entre son poste de médecin et son engagement dans la politique locale. Le choix est fait et le Dr Houphouet s’ouvre une autre perspective dans sa carrière déjà riche.

En 1958, la Côte d’Ivoire acquiert son indépendance au sein de la Communauté Française. Houphouët Felix Boigny profite de cette nouvelle position pour proclamer l’indépendance du pays et accède à la fonction présidentielle le 1er mai 1959. Un portefeuille qu’il occupera jusqu’à sa mort le 07 décembre 1993 à Yamoussoukro à l’âge de 88ans.

Choix ne pouvait être plus pertinent que celui de ce digne fils de l’Afrique qui a fait ses études médicales à Dakar et au sein de cette prestigieuse Faculté de Médecine, de Pharmacie et d’Odontologie qui à ce jour à contribué à  la formation de milliers de médecins, Pharmaciens et Chirurgiens-dentistes africains.
Puisse ce personnage charismatique  servir de référence à tous ces candidats qui à Dakar, concourent pour leur titre de maitre de conférence agrégé.